bien-êtreBonheurChangementCitationCoachingCoaching de vieCoaching leadershiplâcher-priseLibertéNon classéParticulierPhilosophie de vieRelations

Vous arrive-t-il de dire  » Je suis nulle », « Je me suis fait bouffer »,  » petit « , « jamais, toujours », « fais-moi confiance », « pas de problème » ?

masque
Ces mots qui semblent si anodins et banales dans votre bouche peuvent pourtant en dire long sur vous.

 

Dans la lignée de « Écoute ton corps », Lise Bourbeau, auteure, conférencière et thérapeute, explique que notre langage, notre physique et notre manière d’interagir avec les autres proviendraient de 5 blessures vécues dans notre enfance :

  • TRAHISON
  • REJET
  • ABANDON
  • HUMILIATION
  • INJUSTICE

Pour éviter les souffrances liées à ces blessures, nous porterions un masque qui nous permettrait d’éviter de montrer notre douleur. Enfants, nous nous serions résignés et aurions créé une personnalité pour devenir ce que les autres auraient voulu que nous soyons. Nous avons alors décidé de porter un masque de protection spécifique à chaque blessure originelle pour survivre et nous adapter à notre environnement.

Cependant en grandissant, ces masques deviennent de véritables obstacles à notre épanouissement personnel. Le piège étant que nous finissons par penser que ces masques font partie intégrante de notre personnalité, et cela à tort. Ils nous empêchent tout simplement d’être nous-même.

 

Pourquoi se cacher derrière un masque ?

Difficile d’être sincère dans cette société qui ne supporte pas les faibles, les gros, les lents… Pour nous blinder et faire comme tout le monde, on se crée un masque, une nouvelle personnalité pour pouvoir survivre, être acceptés et surtout être aimés.

Tout commence dans l’enfance, certains faits et gestes de notre entourage nous ont fait comprendre que l’on pouvait déranger à être nous-mêmes, à agir comme bon nous semblait. Delà nous en avons déduit qu’être nous-mêmes n’était pas bien.

Lise Bourbeau explique le processus de mise en place d’un masque et nous permet ainsi de détecter celui ou ceux que nous portons dans la vie. 4 étapes sont identifiées :

  1. L’heureuse découverte de soi et le pouvoir d’agir.
  2. La souffrance ressentie quand l’on s’aperçoit qu’être nous-même n’est pas apprécié.
  3. La colère et l’état de crise que nous n’arrivons pas à exprimer.
  4. La résignation et l’adaptation pour éviter la douleur.

Nous faisons alors un pacte avec nous-mêmes pour ne plus être nous. Aussi incroyable que cela puisse paraître, nous sommes tous concernés à plus ou moins grande échelle. Ces masques que nous portons ne font que « masquer » notre souffrance, notre blessure originelle mais en rien à la supprimer.

 

Qui êtes-vous vraiment ? Découvrez votre masque et retrouvez la liberté d’être vous !

Savez-vous que lorsque vous accusez quelqu’un de quelque chose, cette même personne vous accuse de la même chose ? Par exemple, si une personne est en colère et vous hurle des reproches, sachez qu’elle se parle à elle-même. Sa colère est en fait contre elle-même mais il est trop difficile de se l’avouer donc elle la reporte sur autrui. L’autre devient votre miroir.

C’est pour cela qu’il est important de se connaître et de s’accepter comme l’on est. Lise Bourbeau conseille de faire le choix de se prendre en mains pour devenir maitre de sa vie plutôt que de laisser son ego la contrôler. Cela demande beaucoup de courage parce que l’on touche à des blessures qui peuvent faire mal, mais c’est aussi choisir d’en finir avec ce masque qui nous paralyse et nous empêche d’être nous-même.

5 masques pour 5 blessures originelles :

  • Le masque du fuyant pour la blessure du rejet.
  • Le masque du dépendant pour la blessure de l’abandon.
  • Le masque du masochiste pour la blessure de l’humiliation.
  • Le masque du contrôlant pour la blessure de la trahison.
  • Le masque du rigide pour la blessure de l’injustice.

« Ce n’est pas ce que l’on vit qui fait souffrir, mais bien la réaction à ce que l’on vit, à cause de blessures non guéries », affirme Lise Bourbeau. En effet, plus votre masque est important, plus votre souffrance est grande. D’après l’auteure, chacune de ces blessures s’accompagneraient d’une morphologie particulière, en plus d’un comportement et d’un vocabulaire spécifiques. Elle précise également qu’il est assez courant qu’une personne soit touchée par plusieurs blessures.

Un exemple de blessure que l’on peut identifier, l’abandon :

  • Corps : long, mince, manque de tonus, dos courbé, bras qui semblent trop longs et pendent le long du corps.
  • Yeux : grands yeux, tristes
  • Vocabulaire : « absente », « seul », « je ne supporte pas », « je me fais bouffer », « on ne me lâche pas ».
  • Caractère: victime. Fusionnel. Besoin de présence, d’attention, de support et surtout de soutien. Difficulté à faire ou à décider. Pleure facilement. Aime le sexe. Voix d’enfant. Sa grande peur : la solitude.
  • Alimentation: bon appétit. Boulimique. Aime les aliments mous. Mange lentement.
  • Maladies possibles : dos. Asthme. Bronchites. Migraines. Diabète. Hystérie. Dépression. Maladies rares.

Pour guérir de ces blessures, seule l’acceptation est possible. À vous de découvrir les vôtres et de mettre en marche le processus de guérison. Vous serez alors aimé et accepté par vous et certainement par beaucoup d’autres.

Je me permets de reprendre le poème de Hjalmar Sôderberg que Lise Bourdeau met à la fin de son livre, tant les mots sont justes :

« Nous voulons tous être aimés,

à défaut, être admirés,

à défaut, être redoutés,

à défaut, être haïs et méprisés.

Nous voulons éveiller une émotion

chez autrui quelle qu’elle soit.

L’âme frissonne devant le vide et recherche

le contact à n’importe quel prix. »

 

Rédigé par Elodie Bancelin.

Pour acheter le livre :          Livre Les 5 blessures

FNAC : http://livre.fnac.com/a5009253/Lise-Bourbeau-Les-5-blessures-qui-empechent-d-etre-soi-meme

AMAZON : https://www.amazon.fr/cinq-blessures-emp%C3%AAchent-d%C3%AAtre-soi m%C3%AAme/dp/2266229486/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1466369329&sr=8-1&keywords=les+blessures+qui+empechent+d%27etre+soi

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *